Evènement
29.03.2016

Conférence Docker

Le 24 mars se tenait une conférence sur la technologie Docker au siège de Margoconseil. Christophe, membre actif de la communauté Docker, est venu présenter la techno et échanger avec d’autres consultants Margoconseil et certains membres du siège. L’occasion de belles questions et de lignes de code en live… Retour sur cette technologie qui fait parler d’elle.

Christophe, peux-tu nous rappeler ton parcours et pourquoi tu t’intéresses à Docker aujourd’hui ?
 
Je suis développeur depuis 1994. J’ai commencé sur du C++ et j’ai pris le tournant Java au début des années 2000. Ma première collaboration avec Margoconseil s’est faite en 2008 au sein de la SGCIB. Après une pause de quelques années en région bordelaise, je suis revenu chez Margoconseil depuis novembre 2015 pour intégrer une nouvelle mission en Java, toujours. J’adore mettre les mains dans le moteur et je me suis beaucoup intéressé au fonctionnement interne de Java (Garbage Collection, optimisation, etc.). En parallèle, j’ai toujours eu accès à des machines Linux au sein d’une association d’hébergement ou en tant qu’administrateur système lorsque j’ai travaillé au sein de petites structures. Docker, c’est la technologie Devops par excellence, il était donc naturel que je m’y intéresse. 
 
Ok… mais c’est quoi, docker ?
 
À l’origine c’est un logiciel permettant une virtualisation légère d’application Linux. Aujourd’hui, Docker est maintenant un ensemble d’applications et de services permettant la création, la livraison et le déploiement d’applications distribuées. Docker offre une solution pour combler les fossés qui peuvent exister entre le développement et la production en proposant un langage et des outils communs. C’est pour ça que Google et Amazon proposent maintenant des offres d’hébergement Docker. Online, OVH ou Clevercloud proposent eux aussi le support de Docker. En termes de clients, Docker recense sur une page dédiée une vingtaine de clients dont Über, eBay ou Spotify…Bref, nous sommes bien en présence d’une technologie qui compte dans le paysage actuel.

Pour faire court, qu'est-ce qui t'intéresse dans la technologie ?
 
Ce qui m’intéresse, c’est l’éventail de possibilités qui est offert par l’utilisation de Docker notamment au regard de la tendance actuelle au développement de micro-services, à la distribution d’applications, etc. En outre Docker permet de regrouper avec le code source d’une application les instructions pour son déploiement.
 
Comment as-tu découvert cette technologie ? Et que fais-tu dessus aujourd’hui ?
 
J’ai découvert Docker grâce à sa communauté sur Twitter et j’ai profité d’un creux d’activité pour passer une machine qui hébergeait entre autres, le serveur Minecraft familial, d’un modèle basé sur les machines virtuelles à un modèle basé sur Docker. J’ai écrit quelques articles sur mon blog consacré à Docker et j’organise depuis mars 2015 les meetup Docker à Bordeaux. Professionnellement, j’ai mis en place une infrastructure complète basée sur Docker chez un client bordelais pendant l’été 2015 et je supervise son adoption au sein d’une startup dont je suis actionnaire. Pour Margoconseil, j’utilise Docker au quotidien dans ma mission actuelle.  
 
Pourquoi est-ce selon toi une techno d'avenir ?
 
Docker a été adopté rapidement par de nombreux acteurs majeurs de l’hébergement. De fait, il s'agit donc maintenant d'un standard pour la livraison et de déploiement d’applications en particulier dans le cas du cloud et des microservices. C’est dès à présent une solution qui permet de simplifier grandement des problèmes qui sont très complexes. En outre cette standardisation permet de réduire grandement la dépendance à un hébergeur en particulier. La société Docker Inc. a réussi en moins de deux ans à faire évoluer très rapidement ses produits existants et à explorer de nouveaux domaines sans échec notable et en gardant son capital sympathie auprès des utilisateurs…  Et en plus Docker Inc. a une tortue très attachante ! En termes d’évolution, il est probable que Docker Inc. continue la tendance actuelle dans les domaines des clusters, de la sécurité et des solutions commerciales prêtes à l’emploi qui peuvent être hébergées dans des infrastructures privées si nécessaire. Par ailleurs, si l’utilisation de Docker reste cantonnée aux serveurs Linux il est probable que Microsoft arrive bientôt nativement sous Windows. À l’opposé des datacenters des hébergeurs cloud, on voit Docker arriver chez les particuliers, par exemple avec Synology qui propose maintenant Docker en standard sur ses NAS et on voit de plus en plus Docker utilisé sur des Raspberry Pi. Il n'y a pas de raison que cela s'arrête en si bon chemin.